La nycturie et le trouble dépressif majeur

Dr Roger S. McIntyre, M.D., FRCP(C),

professeur titulaire, psychiatrie adulte et systèmes de santé, UHN - Toronto Western Hospital, Toronto (Ont.)

OUTILS CLINIQUES

Résumé : Les recherches ont montré que la nycturie et le trouble dépressif majeur sont souvent corrélés. Une anamnèse exhaustive et un examen physique sont donc nécessaires lorsque les patients manifestent des symptômes qui pourraient être associés à une nycturie. Il est rare que les patients consultent uniquement pour le traitement de la nycturie. Le clinicien doit donc poser des questions directes au patient et faire appel à un calendrier mictionnel pour déterminer si des maladies ou des troubles sous-jacents sont présents. Les cliniciens doivent également garder à l'esprit que des patients atteints d'un trouble dépressif majeur peuvent souffrir de nycturie, puisque les taux de nycturie sont considérablement plus élevés dans cette population. Des modifications du comportement peuvent se révéler insuffisantes à elles seules pour améliorer la nycturie lorsque des symptômes cliniques de dépression sont également présents. Les traitements pharmacologiques peuvent soulager les symptômes lorsque la nycturie et un trouble dépressif majeur coexistent.
Mots clés : Nycturie, trouble dépressif majeur, anxiété, lithium, ISRS, calendrier mictionnel, hygiène du sommeil, desmopressine.

Les recherches ont montré que la nycturie et le trouble dépressif majeur sont souvent corrélés.
Le clinicien doit absolument obtenir une anamnèse exhaustive du patient, puisque les patients mentionnent souvent les symptômes associés à la nycturie plutôt que la nycturie même.
Le calendrier mictionnel est un outil fiable qui permet au clinicien de déterminer s'il existe des maladies ou des troubles sous-jacents, ce qui l'aidera à décider du traitement.
Étant donné que la coexistence d'une nycturie et d'un trouble dépressif majeur peut entraîner une mauvaise santé physique et mentale, le clinicien doit envisager un traitement pharmacologique de la nycturie si les modifications comportementales s'avèrent inefficaces.
Lorsqu'un patient souffre de nycturie, le clinicien doit également rechercher un éventuel trouble dépressif majeur.
Par rapport à la population générale, les personnes qui souffrent de nycturie sont plus susceptibles de mentionner des sentiments d'anxiété et de dépression.
Les personnes qui souffrent d'un trouble dépressif majeur sont plus susceptibles de souffrir de nycturie.
Veuillez vous abonner pour accéder à l’article complet pour lequel ces outils ont été conçus. L’abonnement ne coûte que 20 $ US par an et vous permettra d’accéder à tout le contenu de qualité de www.healthplexus.net ― un portail éducatif qui héberge 1 000 évaluations cliniques, études de cas, supports visuels éducatifs et bien plus encore ―, et de l’application mobile.
Cet article a été rédigé pour faire partie de la ressource de FMC en ligne sur les DERNIÈRES NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DE LA NYCTURIE. La ressource de FMC en ligne sur les DERNIÈRES NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DE LA NYCTURIE a pu être élaborée grâce à une subvention pédagogique de Ferring Inc.